Impressions sur la sortie de Reynès - 17 juin 2007

Parfois on s’aventure à chercher bien loin et souvent sans succès ce qui s’offre à portée de main. C’est bien la surprise que nous a réservée cette sortie botanique sur les plateaux et versants du massif montagneux de Reynès où se blottissent, dans ce vaste écrin de verdure, de nombreux mas. En cette saison printanière, une flore abondante et variée nous accueille sur les nombreux chemins de randonnée qui sillonnent ce site distant d’une vingtaine de kilomètres du cœur de la plaine du Roussillon. Sitôt que l’on a quitté les voitures garées à Reynès, «le chemin des Mas» qui prend naissance à l’extrémité d’une rue, vous fait franchir, par une rude grimpette, un dénivelé de 300 mètres, à travers une forêt de chênes verts. L’effort demandé est certes soulagé par une herborisation, qui dès le départ, s’avère laborieuse, imposant de nombreux arrêts d’études.

Melica ciliata

La découverte de quelques chanterelles, provoque des incursions à travers bois qui retardent joyeusement la montée vers le plateau. Lorsqu’il est atteint, et notre petit monde regroupé, c’est à la satisfaction générale que l’on savoure la vue  qui se dégage sur un nouveau décor, avec  pour horizon des sommets et des pics étincelants de lumière. C’est également la découverte d’une autre végétation qui nous  offre son lot spécifique de plantes.
 
Melica ciliata
Limodorum abortivum
Ophrys apifera
Atropa belladonna
Coronilla scorpioides
Vincetoxicum nigrum

Des bosquets de hêtres et de pins attirent les connaisseurs avisés qui enrichissent leur cueillette de girolles et de quelques bolets bien charnus.

Nous quittons ce site dont les pentes s’inclinent vers les vergers bordés par la rivière qui nous sépare de Reynès.
C’est le lieu rêvé pour se restaurer et se détendre avec pour dessert quelques cerises abandonnées, offertes sur des branches oubliées,  certainement à dessein  pour le régal du Passant occasionnel.
Merci ! ..
 
Equisetum telmateia
Impatiens balfouri
Cirsium arvense

Impatients, certains d’entre nous, chercheurs infatigables écourtent leur repos pour arpenter les rives de la Rivière où ils font une ample moisson de « folles herbes », dont ils apprécient la saveur et autres bienfaits (disent-ils) tout en mâchonnant quelques brins et quelques racines : ils se reconnaitront.

Germandrée des Pyrénées
Hoplia caerulea sur Impatiens

L’heure a tourné, la randonnée a ses exigences. On repart ! Après la traversée du Hameau qui décèle quelques curiosités historiques, nous reprenons un peu d’altitude, pour explorer le versant opposé où va s’allonger la liste des espèces recensées.

Prunella laciniata
Teucrium pyrenaicum
Securigera varia

    
Nous terminons la boucle par le « Vert vallon »
La découverte d’un énorme chêne liège, de plusieurs mètres de circonférence, objet d’une curiosité touristique signalée, n’a pas laissé indifférents les chevaliers de la « plaque sensible » : Ça mitraille sous toutes les faces.     Nous devons à Jean Pierre et à Mireille qui résident dans l’un de ces hameaux constituant la commune de Reynès, un accueil  particulièrement apprécié après ces heures de marche, touchant au but final, la gorge sèche: les boissons rafraîchissantes qu’ils nous ont généreusement servies dans le confort de leur nid, seront  inoubliables.

                        Merci fraternellement.

Texte : J. Vidal et M. Corsan
Photos : J. Argaud